06 juillet 2006

Compte-rendu de la réunion de la DRE à Ambarès

Tous ceux qui n'ont pas pu être à cette dernière réunion de la DRE ont vraiment manqué quelque chose !
Face à la DRE et aux petit nombre d'élus appelés en renfort se trouvaient des habitants et des collectifs de la presqu'ile, du médoc et de la haute gironde (soit 70 personnes environ) et, à la différence des premières réunions, tout le monde avait des arguments bien travaillés et bien plus précis et incisifs qu'au début. Ce qui a fortement destabilisé les représentants de l'équipement.

Nuisances, réchauffement climatique, pétrole, gestion de l'eau, PPRI (prévention des inondations), Natura 2000 et zones humides tampons ont été les éléments à charge mis en avant par des habitants et des collectifs documentés et très sérieux dans leur démarche.
Sur tous ces points, tout le monde a bien senti que la DRE n'était pas du tout à l'aise et a souvent répondu par "c'est une bonne question", "cela doit être effectivement inclu au dossier", "il est sûr que tous ces problèmes doivent être pris en compte", "rien n'est décidé" car les techniciens présents avaient peu de réponses précises à donner. Le plus souvent, ils se sont contentés de reprendre les quelques lignes déjà contenues dans les journaux de la concertation sans pouvoir appronfondir, faute d'éléments crédibles.

La tonalité de la réunion a été à mon sens très positive pour nous et les salves d'arguments tirés sur l'équipement ont mis un sacré plomb dans l'aile à un passage sur la presqu'île.

Bien sûr, ces techniciens ne sont pas décisionnaires, et on peut penser que, comme la solution proposée est déjà totalement incohérente et inutile, un passage sur la presqu'île soit également proposé malgré tout. D'autant plus que des organismes (comme la CCIB notamment) poussent à un passage sur ce site remarquable. C'est pourquoi il faut absolument rester mobilisé, soutenir les collectifs et associations environnementales de la presqu'île, batailler ferme en continuant à peaufiner nos arguments, anticiper des procédures juridiques et ne surout pas tomber dans un optimisme rationel. Ce dossier ne l'étant pas, tout peut arriver même si, à l'évidence, cette réunion nous a fait marquer des points non négligeables.

Il est bon de rappeler à la DRE qu'un passage sur la presqu'île relève de l'irresponsabilité et que nous ne les laisserons pas faire : Ecrivez-le leur directement pour ne pas qu'elle l'oublie ! => Ecrire à la DRE

2 commentaires:

Anthony a dit…

Bonjour,
Que penser de cette mobilisation ?
Les "antis" ne sont-ils pas aussi ceux qui prennent l'autoroute pour leurs chères vacances ? Nous sommes toujours dans le principe de "je veux bien mais pas chez moi". L'affichage sauvage de panneaux contre le contournement ne fait qu'ajouter au sentiment d'égoïsme que les "antis" profèrent. La démocratie, la vraie, voudrait que ce message apparaisse sur ce blog. Toujours contre tout, jamais en faveur de.
Et si le contournement avait aussi du bon pour la région ? C'est aprés tout un aspect envisageable.

Bien amicalement.

thomas Lugagne a dit…

L'aspect "positif" n'a pas été discuté. En effet, la procédure légale de débat public a été écourtée avant que les membres aient pu clairement définir le pour et le contre. Nous avons dû refaire seuls cette démarche et il en ressort une quantité incomensurable de nuisances et de coûts induits qui laissent une empression de gâchi, pire de catastrophe annoncée si ce projet venait à voir le jour.
Nous vous invitons à prendre connaissance du dossier sur le site de la DRE aquitaine et de voir un aperçu des éléments qui nous nous font dire que ce projet ne doit pas se faire dans notre lien "argumentaires".
Au passage, cette autoroute n'est pas faite pour vos, ni pour vos propres trajets, elle n'est qu'un couloir à camions obsolète, inutile et néfaste pour notre environnement. Le budget pharamineux de ce projet devrait être affecté à un développement éconimique local et consacré au trasport par fret, moins coûteuc et plus efficace pour les transporteurs et moins nuisible pour les habitants.