01 juillet 2006

Manifestation du 1er Juillet : la mobilisation ne faiblit pas !

Comme prévu, la manifestation contre le projet de GCAB a démarré dans les rues de Bordeaux vers 10H30 pour se terminer vers midi à la fête du vin. Après quelques sueurs froides concernant le nombre de particpants vers 10H, nous étions 700 personnes à défiler ce samedi matin (comptage à 11H). A l'avenir, peut-être devrons-nous prévoir les rassemblements du matin vers 10h30-11H00 compte-tenu que beaucoup d'entre nous viennent de loin.
L'effet de masse a fortement joué dans les rues de la ville (Place République, Albret, Gambetta, Porte Dijeaux, Sainte Catherine, Grand Théatre, Tourny et Quinconces pour la fête du vin).
Des milliers de tracts ont été distribués aux passants et des équipes motivées ont essayer de convaincre des bordelais toujours aussi peu informés du projet. Globalement, le sentiments est que les gens sont réceptifs et beaucoup ont signé les pétitions proposées en marge du cortège (surtout dans l'axe Gambetta - Ste Catherine). Par contre, la population rencontrée sur le site de la fête du vin l'était moins (certains ont dit qu'on leur avait "gâché" leur petite dégustation !) même si de nombreuses appellations représentées nous soutenaient (et logiquement celles du médoc). L'horaire a sûrement joué dans la "représentativité" des badaux sur ce site.

Les cartes d'électeurs ont bien fonctionné et nous avons remis symboliquement les fac-similés (signés au dos) dans une urne qui a été remise sur le stand du Conseil Régional (certains ont même mis des vraies !). Beaucoup auraient cependant souhaité faire de même, mais nous n'avions tiré qu'une centaine d'exemplaires.

De l'avis de tous, cette manifestation a été un succès même si on n'a pas eu plus de monde qu'au 19 juin, mais le grand beau temps et le début des vacances pour certains ont indéniablement joué en notre défaveur. Nos détracteurs en sont conscients. Enfin, il semble qu'il faille fixer dans l'été une date pour mi/fin semptembre pour faire exploser le score ... A suivre.

1 commentaire:

philomène a dit…

J'ai manifesté ce matin pour la première fois contre le projet de GC. Je suis prêt à recommencer. Je ne suis membre d'aucune organisation politique, mais adhérent à certaines associations de protection de la nature dont le WWF. Pour moi, ce n'est pas la question du tracé qui est en cause, mais le projet lui-même dans son principe, qui est une fuite en avant vers le tout routier, le tout bagnole, le tout camion. Faudra-t-il dans quelques décennies une super-super-rocade pour désengorger le GC ? A moins que d'ici là, la pénurie de carburant n'ait fait son oeuvre, rendant peut-être inutile le GC que l'on nous propose actuellement !
Autre question : combien de km de tramway, de voies ferrées dédiées au transport de marchandises, de TER permettant des liaisons de banlieue à banlieue et autres alternatives pourraient-on financer avec les sommes colossales nécessaires au financement de ce projet pharaonique ?

Et de qui se moque les décideurs ?
Ainsi, s'il y a des oppositions, ce serait uniquement la faute du préfet ? (le projet ne serait pas du tout en cause dans son principe!).
En page 5 du magazine GIRONDE N° 66 (journal du Conseil Général), on nous propose une méthode pour sortir des bouchons (seule alternative : le GC !; rien sur le développement des transports collectifs) et on préconise en fin d'article, une réflexion pour "offrir des solutions durables, à long terme pour sortir du tout camion". En clair, faisons absolument le GB; les transports alternatifs (notamment le ferroutage) sont une trés bonne chose mais on verra aprés ! Mais, aprés c'est quand ? Et quels seront les moyens puis que ceux ci auront été engloutis dans le GB ? Ce débat me rappelle celui sur la construction du tunnel routier du Somport, il y a quelques années : la réouverture de la voie ferrée est une trés bonne idée, mais faisons d'abord le tunnel routier, disaient les partisans du dit tunnel. Aujourd'hui, la vallée d'Aspe a les camions, mais toujours pas de train !

Alors, oui, il faut continuer à s'opposer à ce projet !