16 septembre 2006

Plus de 1000 manifestants dans Bordeaux !

Malgré le froid, la pluie et le vent, la grande manifestation des collectifs et associations d'opposants a été un indéniable succès.
Sous le mot d'ordre "Non aux fuseaux" et "retour au Débat Public", les collectifs de toute la Gironde se sont donc retrouvés vers 14H à la place saint Projet, sous la pluie, avec de nombreuses banderoles, sifflets et autres cornes de brume. Des stands ont été montés avec distribution d'argumentaires aux bordelais (très réceptifs dans leur écrasante majorité) et vente d'autocollants "non au Contournement, ni ici, ni ailleurs".

Vers 14H30 le cortège est parti faire le circuit Ste Catherine, rue St Rémy, place de la Bourse, Chapeau Rouge et Intendance, Gambetta (le cortège faisait presque le tour de la place !), Vital Carles (la résidence du Préfet a été huée au moins 10 minutes) et enfin Pey Berland pour la Conférence de Presse devant la Mairie de Bordeaux.
D'après les Renseignements Généraux, nous étions plus de 1000 à défiler ! Ce qui doit nous conforter dans l'idée que cette journée a été un très grand succès quand on sait combien la météo joue sur l'affluence. Des élus étaient également présents, mais un peu moins nombreux qu'annoncé. En plus des membres de la coordination, chaque élu présent s'est exprimé au micro devant les portes (closes) du Palais Rohan. Merci à ceux qui ont fait le déplacement !
Les médias étaient également présents en nombre (télé, radio et presse) et une délégation a discuté avec eux durant une heure, sous les parasols, à la terrasse du Café le plus proche de la Mairie, entourés d'opposants restés pour écouter les débats.

Petite annectode : les journées du patrimoine ont attiré pas mal de monde et beaucoup faisaient la queue devant le Palais. Manque de chance pour eux, nous voyant arriver, les responsables de la sécurité ont fermé tout accès au site ... durant toute la fin de la manifestation, soit une bonne heure. Ils ont donc ont eu tout le loisir d'écouter nos revendications. Le problème était pour ceux qui étaient à l'intérieur ! La sécurité a eu tellement peur que nous rentrions, qu'elle les a tout bonnement obligé à rester dans la cour derrière les portes !
Inutile de dire que la résidence du Préfet, pourtant monument historique, n'était pas ouverte ce jour !

Un grand merci à tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette journée !

11 commentaires:

ISABELLE BLANC a dit…

COLLECTIF BAYON SUR GIRONDE NON A TOUT CONTOURNEMENT
---------------------------
Félicitations à FRANCE 3 !! 5 secondes ... Nous sommes passés 5 secondes au journal de 19 Heures ce Samedi 16 !! Une honte ! Comment voulez-vous que l'on soit crédible auprès des Bordelais et Aquitains ?!! Une nouvelle fois, nous passons pour des enquiquineurs et une nouvelle fois les Bordelais et Aquitains ne sont pas informés de la vérité de notre combat ! Quoi qu'il en soit, BRAVO à tous ceux qui ont bravé la pluie ! Nous continuons notre combat !

gabaye a dit…

tout à fait d'accord avec toi isabelle,mais il faut savoir que les medias sont à la botte de la pensée politiquement correcte et n'ont rien à foutre des problèms gravissimes contenus dans ce projet... La conclusion d'un émission récente "la parole aux auditeurs" sur France-Bleue: "de toute façon et au bout du compte il y aura forcément des mécontents
parmi les habitants..."
Pa

gabaye a dit…

tout à fait d'accord avec toi Isabelle nous n'avons malheureusement pas grand chose à attendre des medias ni même hélas de la plupart de nos élus locaux pour faire connaître au gandjour nos arguments...
Il faut continuer le combat, c'est certain, mais le moment est venu de lui redonner un second souffle, d'abord et avant tout pour ne pas nous laisser endormir par des propositions telles que le fameux moratoire dessocilistes qi n'a d'autre but que de mieux nous entuber en fin de compte.
En vue des prochaines échéances électorales il faut que nous continuions à nous faire entendre avec, au b esoin, une RADICALISATION de notre action dont il faut étudier les modalités dès maintenant.
Il ya du boulot

Amicalement

gabaye a dit…

tout à fait d'acord avec toi,Isabelle,. Une fois de plus la preuve est faite qu'il ne faut pas compter sur les media pour populariser nos arguments...
Oui il faut continuer notre lutte en ne comptant que sur nos seules forces...car à présent, et surtout à l'approche des échéances électorales tout le monde va faire semblant"d'oublier" ce dossier y compris les socialistes avec leur famuse proposition de "moratoire" qui n'a d'autre but que de nous anésthésier. Il faudra même, je pense, dès que les circonstances l'éxigeront,"passer à la vitesse supérieure" en employant des méthodes plus radicales qu'il serait opportun de mettre au point dès maintenant...

"Ni ici ni ailleurs" :NO PASARAN!!!

Anonyme a dit…

et que dire du journal sud-ouest ???? 1/32eme de page......

Anonyme a dit…

et que dire du journal sud-ouest ? un 32 eme de page.........

Anonyme a dit…

le problème du contournement se retrouve dans de nombreuses autres agglomérations.

Les problématiques sont les mêmes et plus ou moins graves selon les zones traversées.

quand on nous parle de développement durable, il doit s'agir d'une vraie politique et non pas de coups d'annonces.

A quand un collectif national?

VESPA a dit…

La médiatisation est faible c'est une évidence!
Mais...
6 commentaires seulement sur ce blog à propos de la manif de samedi; et qui se résument à un échange entre deux personnes....c'est bien pauvre..
Je suis allé voir le site "non.pleug.com"; il n'a pas été mis à jour depuis le ... 10 juillet 2006!! (les auteurs habiteraient-ils dans un fuseau écarté?)
Hou, hou , y a quelqu'un?
A mon avis on ne fait pas du tout peur aux élus (ceux qui sont pour) et encore moins au préfet, quand au ministre...
Qui connait les noms des leaders de ce mouvement??? Y en a-t-ils???
J'étais à la manif samedi, des gens ont parlé, l'un d'entre eux à dit que des groupes de travail étaient à l'oeuvre. Très bien, mais que va-t-il en sortir et quand? Sous quelle forme? Quelle est la suite du programme? Il faut dire aussi que passé le cinquième rang des manifestants c'était innaudible (je vous rassure je me suis rapproché).
J'y ai aussi vue des élus, certains ont parlé, mais d'autres sont restés parmis les manifestants, pourquoi? Pensaient-ils être trop nombreux?
Tant qu'il n'y aura pas un front unis avec des porte paroles clairement identifiés, tant qu'il n'y aura pas des actions régulières et visibles (banderoles indécrochables sur les ponts de la rocade par exemple) nous ne seront perçus par les bordelais et les autres habitants de la proche banlieu que comme des petits bougeois qui ont peur qu'on leur rogne un bout de leur propriété.
Il faut monter des actions qui attirent la sympathie des gens non directement concernés, utiliser la dérision car les autres en sont dépourvu c'est certain, mais il ont le pouvoir.
Voilà, je suis désolé du ton un peu direct que j'ai employé mais j'ai le sentiment que ce mouvement manque de punch. Que la statégie de division (le plat de nouilles) fontionne très bien, voir Margaux en danger, voir le compte rendu du conseil municipal de St médard en Jalles (délibération du 28 juin 2006), voir certaines pancartes sur la route de Lacanau "Le grand contounournement, non merci pas ici".
C'est oublier aussi qu'une autoroute engendre des échangeurs et donc une redistibution du trafic sur des routes jusque là bien paisibles. Dialoguons avec les auteurs de ces pancartes égoïstes et faisons les retirer. Expliquons aux vignerons qu'il y a deux vents dominants en gironde nord-ouest et sud-ouest, (voir le site de météo france) et que tous les fuseaux enverons la pollution dans les règes des parcelles de Margaux.
Je précise qu'aucun tracés ne passe chez moi; que je suis contre le Grand très-Con-tournement de Bordeaux par principe, parcequ'il faut arrêter l'invasion des camions, la pollution de la planète, etc... (vous connaissez les arguments).
Alors, à quand les prochaines actions?


On ne gagne pas un combat qu'on ne livre pas.

rosa 44 a dit…

ouf ! il y avait du monde malgré le temps excécrable. Mais il est (me semble t il) à noter que les absents sont ceux dont les fuseaux ont été effacés.
les ludonnais eux dorment sur leurs 2 oreilles pas de banderolles le train-train (pas le ferroutage) le réveil sera dur !

Anonyme a dit…

Bravo pour votre mobilisation !
Je suis vos actions d'un peu loin (Toulouse) mais je suis une ancienne bordelaise et surtout originaire du nord Gironde. Mes parents habitent pile entre 2 des fuseaux du nord gironde, et franchement ça me ferait peine que tout ces beaux paysages de vigne dans lesquels j'ai fait du vélo, les vendanges, de superbes balades soient réduit à néant par une con d'autoroute !
Il faut que vous profitiez des échéances électorales, des réunions et meetings politiques pour vous faire entendre : par exemple acceuillir les politiques à l'aéroport, déployer une grande banderole du NON dans les gradins d'un meeting, (ça le fait !) Enfin je suis sûre que vous fourmiller d'idées. (et surtout après les présidentielles il y a les municipales dans la foulée...)
Ici les mobilisations contre le 2ème aéroport qui a été proposé alternativement au nord puis 2 fois au sud de Toulouse ont réussies à mettre le projet en sommeil. Donc vous pouvez, non vous devez gagner...
Tout mes encouragements pour continuer votre combat : No pasaran !
E. C.

gabaye a dit…

ce mardi 20 novembre voici le message que j'ai adressé à Philippe Dorthe, conseiller régional chargé de l'amènagementdu territoire et défenseur acharné du Grand contournement (philippe.dorthe@wanadoofr)

"J'ai écouté avec beaucoup d'attention votre intervention ,ce matin, sur les ondes de radio bleue Gironde, qui avait pour but de déplorer la faiblesse del'équipement touristique à Bordeaux et dan sa périphérie(notamment au niveau des campings).En conséquence de quoi, dites-vous,parmi le million de touristes qui traversent Bordeaux chaque année, très peu s'arrêtent préférant descendre directement sur l'Espagne.

Je suis étonné qu'un homme politique aussi avisé et responsable que vous n'en tire pas la conclsion qui s'impose : stopper immédiatement le projet de Grand contournement de Bordeaux dont le but est précisémment d'écarter les touristes de Bordeaux et de la Communauté urbaine et de les "chasser" vers le pays basque et l'Espagne