14 novembre 2007

Sud-Ouest réinvestit la question du contournement.

Après les efforts de la radio FBG pour informer les habitants des évolutions importantes des positions des ex-por-contournement, certains se sont étonnés de l'absence relative du journal Sud-Ouest dans cet effort d'information.
C'est chose réparée et le quotidien régional se réapproprie enfin le sujet, notamment dans son édition médoc, dans laquelle on trouve les réactions de quelques acteurs médocains (dont votre serviteur). Je vous le mets ci-dessous dans son intégralité.
Juste une remarque : la photo choisie par le journal montre une rocade bondée aux heures de pointe. L'oeil averti aura remarqué l'absence totale de camion sur le cliché ...

GRAND CONTOURNEMENT. --Les déclarations récentes d'Alain Juppé, Alain Rousset et Philippe Madrelle sur le projet CAB suscitent satisfaction et méfiance

Remobiliser les troupes
: Olivier Delhoumeau




Le projet de contournement autoroutier de Bordeaux (CAB) par l'ouest aurait-il perdu les faveurs des grands élus bordelais ? À en croire les dernières déclarations d'Alain Juppé, Alain Rousset et Philippe Madrelle dans nos colonnes, il semblerait que oui. Le Grenelle de l'environnement serait-il passé par là? Réactions dans le Médoc sur ce revirement de situation.


Thomas Lugagne (membre de Bordeaux Incontournable) : « Tout cela est positif. Vouloir orienter les financements vers le ferroutage, c'est aller dans le bon sens. C'est aussi ce que l'on disait depuis le début. Maintenant, seul Alain Juppé s'est clairement exprimé en faveur d'un abandon pur et simple du CAB. Pour les autres, la position est plus nuancée. On reste donc très vigilant. Car il se peut très bien que certains retournent une nouvelle fois leur veste à l'issue des élections municipales et cantonales. »

Henri Sabarot (maire de Carcans et président de la fédération girondine de chasse) : « La raison est en train de l'emporter. Cependant, toutes ces déclarations sont faites à quelques mois d'échéances électorales. Il n'y a pas eu de nouvelle délibération de prise, ce sont juste des paroles d'élus. On est toujours dans le débat. »

Pascale Got (députée du Médoc) : « Je suis largement favorable au ferroutage et au merroutage qui sont des alternatives à la route. Dernièrement, j'ai interpellé Dominique Bussereau, secrétaire d'État chargé des transports, face aux prévisions alarmantes du trafic entre la péninsule ibérique et les autres pays européens via le corridor atlantique. S'agissant du ferroutage, dès que la ligne TGV Sud-Europe-Atlantique ira jusqu'à Bordeaux puis Bilbao, il convient de la possibilité d'utiliser la ligne classique actuelle passant par Poitiers, Angoulême et Bordeaux. Sachant que pendant la durée des travaux d'agrandissement des tunnels, on pourra faire passer les premiers semi-remorques par l'ancienne liaison entre Saintes et Niort. Eu égard au projet de TGV vers l'Espagne, il évoque aussi l'idée d'un contournement à la fois routier et ferroviaire. Dans sa réponse, le secrétaire d'État indique que les élections cantonales et municipales pourraient être l'objet, en Aquitaine, d'un débat démocratique sur le sujet.
« Ok pour les bonnes intentions, mais la vraie question qui se pose, c'est selon quel calendrier et avec quelle enveloppe financière ? Le ferroutage est une solution crédible à condition d'y mettre les moyens. Or pour l'instant, rien de très pragmatique n'est avancé. Et on assiste parallèlement à une mise à mal du fret en France ».

Bernard Domengé (membre du collectif anti-contournement d'Arsac) : « On salue la nouvelle position des grands élus, surtout celle d'Alain Juppé qui parle explicitement d'abandon du CAB. Mais le combat n'est pas fini pour autant. La coordination Bordeaux Incontournable organise d'ailleurs trois réunions d'information afin de remobiliser les troupes. L'une d'entre elles aura lieu jeudi soir (à 20 h 30) à la salle des fêtes d'Arsac. On présentera, entre autres, les ateliers de travail prévus dans le cadre du Schéma régional des infrastructures et de transports (Srit). Ces ateliers, mis en place sous l'égide du Conseil régional, démarrent le 16 novembre. »

3 commentaires:

Oncle Sam a dit…

Pas de camion sur le cliché de Sud-Ouest, mais une annotation sous ce cliché :"La saturation de la rocade impose de nouvelles solutions"

Les relations étroites entre le journal Sud-Ouest et la CCI imposent que nous restions mobilisés.

Xavier a dit…

Désenclaver ou désengorger?
A lire aussi dans Sud-Ouest, l'avis d'un pro-contournement:
(Attention, Guauriaguet est une commune qui n'était à ce jour concernée par aucun tracé)
EXTRAIT
Soulignant en outre que « le ferroviaire traverse, mais ne désenclave pas », le maire de Gauriaguet en appelle à une décision rapide des autorités de l'État. « Car chaque jour qui passe est un jour perdu. Or la nécessité d'un contournement autoroutier est un grand projet d'utilité publique ».

Lien dans Sud-Ouest.
http://www.sudouest.com/151107/vil_gir_blaye.asp?Article=151107aP1122714.xml

Jan Aymar a dit…

.
Fourbu est-il bien à sa place à la tête d'une CCI grande ou petite,
alors qu'il a conduit sa propre entreprise à la faillite 2 fois en 10 ans,
et à peu près dans la même période ?????????????? .............
----
Son prédecesseur à la CCI, Glotin, à lui conduit à la faillite, son entreprise Marie-Brizard, vieille de plusieurs siècles !!!!!!!!!!!
.