27 juin 2006

GRANDE MANIFESTATION SAMEDI 1er JUILLET


SAMEDI 1er juillet : MANIFESTATION MASSIVE DES OPPOSANTS AU CONTOURNEMENT A BORDEAUX.

Point de rassemblement dès 10H place de la République (en face Cour d'Appel de Bordeaux et Hôpital St André. Proche Pey Berland. Nombreux parkings à proximité + tram et bus). La fin du défilé est prévue vers midi à la place des Quinconces à la Fête du Vin.
Pour un tractage massif en marge du défilé, 10000 exemplaires de l'argumentaire destiné aux bordelais sont en cours de tirage.
L'opération "carte électorale" en remplacement des cartons rouges à été retenue. Amenez la vôtre ! (voir article précédent)

Apportez également vos cornes de brumes, trompettes, casseroles ... tout ce qui peut faire beaucoup de bruit.

Tous opposants sont invités à mobiliser massivement le plus grand nombre autour d'eux. Nous devons absolument être encore plus nombreux que pour la manifestation du 19 juin !!

Cette dernière
manifestation (mais pas LA dernière ...) avant l'envoi du dossier par le Préfet au Ministère doit être un succès.
Merci pour votre implication dans ce dur combat !

1 commentaire:

JB FOURMY a dit…

Et si le grand contournement autour de Bordeaux n’était qu’un piège ?

Je le dis d’entrée, je suis contre ce grand contournement. Pour une raison simple, c’est que c’est une solution dépassée qui coûtera à la société, reportera sur nos enfants le règlement des problèmes de pollution et nous condamne à vivre aux dépends des transporteurs routier et de la dictature des économies ultra libérales qui noyaute l’Europe depuis de nombreuses années, hélas. Mais en disant cela, je ne souhaite pas être mis dans le même panier que la plupart des opposants.

J’ai écouté longuement les divers partisans et les nombreux opposants à ce projet et bien peu, d’un camp ou l’autre ne m’ont semblé avoir les arguments convaincants. Commençons par les opposants, combien ne réagissent que par souhait de garder leur tranquillité ? Combien ne sont montés au créneau que pour sauver un bout de jardin ou celui de leur voisin proche ? Combien sont intervenus simplement parce que les élections approchent et qu’il faut être réélu ? Mais je reconnais que d’autres opposants ont eu une argumentation très poussée et crédible, mais j’y reviendrai plus tard.

Quant aux partisans, que défendent-ils ? Là aussi, on trouve ceux qui ne pensent qu’à leur petit confort : « la rocade est saturée le matin », « les touristes passeront par-là et ne nous importuneront plus en ne passant plus par nos ponts » … Les politiques se gaussent d’une croissance nécessaire du trafic qui permettra un développement économique et social de, selon le cas, la région, le département ou la ville. (Sous-entendu, mes électeurs sont loin du tracé ou je vais me battre pour qu’il passe chez les autres et le tour est joué) Et surtout l’argument massue, ç’est obligatoire vu l’augmentation du trafic routier et ça ne coûtera rien à la collectivité car il y aura un péage et on obligera les camions à passer par-là.

Et après ? … Que de biens belles argumentations ! Mais basées sur quoi ? Prenons un premier argument : les camions devront passer par-là. Ceux qui ont l’occasion de traverser Lyon ont certainement remarqué que les camions, interdits de passage, évitent massivement le contournement payant et continuent de traverser la ville sur cette autoroute qui la traverse. L’analyse des transporteurs, c’est que même s’ils se font arrêter occasionnellement, l’amende leur revient moins cher étant donné le gain de temps plus le non-péage répété. L’argument de l’évolution du trafic est, elle aussi, dénuée de bon sens. En effet, le prix des carburants va atteindre un tel niveau que seuls ceux qui en auront les moyens continueront de rouler. Et là le coté social du projet en prend un premier coup. La rocade surchargée ? Oui, elle l’est, mais la CUB a-t-elle mis tous les moyens pour permettre à ces habitants de se rendre par d’autres moyens de transport sur leur lieu de travail ? Non pour les utilisateurs de la rocade, car ils travaillent le plus souvent en périphérie. Et ces mêmes qui trouvent la rocade surchargée, ne prendront pas le contournement car ce n’est pas le chemin le plus pratique pour eux.

Dernier argument en date, la route pèse beaucoup d’emploi. Dans les années 90, le syndicat FO espérait que la nouvelle législation du travail pour les routiers crée 50 000 emplois. On en attend toujours les effets. Par contre, dans le même temps, la SNCF, voyant son transport de marchandise à la baisse, en a supprimé 70 000. Et, contrairement aux idées reçues, un milliard d’euros de travaux ferroviaires, crée autant d’emploi qu’un milliard d’euros de travaux routiers. Ce dernier point est d’ailleurs le véritable argument à utiliser par les opposants qui parlent de développement durable et ne présente comme argument de la part sociale du concept que leur bien-être personnel.

Je dois reconnaître, moi qui suis militant socialiste, que certains militants de chez « les verts » ont eu un discours très crédible, ne niant pas le besoin de transport de marchandise, mais proposant de prendre enfin des options différentes tant sur le mode de fabrication des produits que sur la façon de les transporter. Ne rejetant pas le grand contournement au profit du tout train, ils ont avancé des solutions multiples et adaptées au cas par cas, mais conduisant inexorablement et pour notre bien-être à tous, à une diminution du transport routier. Pourquoi ne les écoutons-nous pas ?
Ma position m’attire de nombreuses réflexions désagréables, du style, alors tu ne pars pas en vacances avec ta voiture si tu es contre le grand contournement. Argument stupide, j’y réponds par cette comparaison : l’abus d’alcool est mauvais pour la santé, mais un verre de bon Bordeaux n’a jamais tué personne.

Et à ceux qui me disent que c’est parce ce que ça passe près de chez moi, je réponds, premièrement que le tracé est éloigné de ma maison et deuxièmement que, si sur le même tracé, on me propose une ligne ferroviaire de transport de marchandise à la place de cette super rocade, alors je dis oui. Et la ligne de type LGV prévue à coté de ce contournement n’est pas la solution car les LGV ne peuvent transporter des marchandises !

En fait, mon opposition s’explique ainsi : La région bordelaise est vis à vis de son trafic routier comme une famille qui est au bord de la faillite suite à l’utilisation massive de cartes de crédit. Elle est au bout de toute solution crédible hors la mise en faillite personnelle. Et là, que fait-elle ? Au lieu de suivre le conseil éclairé de l’aide sociale, on construit la super rocade, en fait on va voir l’usurier qui nous prête à un taux tel que jamais on s’en sortira. Et ça, c’est de l’irresponsabilité, indigne de tout homme politique qui se respecte !

Ce grand contournement est bien un piège pour tous, ne tombons pas dedans.

Jean Bernard FOURMY
Habitant de Saint-Médard-en-Jalles
Militant socialiste
Adhérant de 4D
(Dossiers et Débats pour le Développement Durable)